La véritable vibration de l’amour

Réflexions / 29 mars 2014 /

Je vous offre aujourd’hui une petite pensée sur le sujet de l’amour inconditionnel. Notez que vous pouvez recevoir mes réflexions directement dans votre boîte de courriel, plus tôt que sur le site web, simplement en vous inscrivant à l’infolettre (voir la colonne de droite). Sans plus tarder, voici ce que j’avais envie de partager avec vous.

****

On ne connaît la véritable vibration du mot amour que lorsqu’on s’aime soi-même. À même le processus de l’amour de soi, vient l’amour avec détachement, sans condition. L’amour qui se rattache à nous à notre naissance se nomme « amour de condition » ou « amour existant », il est lié à notre égo qui est notre grand maître de connaissance. C’est à travers ce processus de détachement qu’on arrive à découvrir la vraie vibration de l’amour « de l’essence » qui est pour sa part amour inconditionnel, sans condition.

L’amour existant est donc conditionnel. Relié à l’égo, il est la création du vide humain. Il est relié à la peur de perdre, à la peur de (se) faire mal. C’est celui qui dit « Je t’aime… à condition que tu respectes ceci ou cela de moi. Ne me déçois pas, ne me trompe pas, ne me blesse pas, ne me juge pas, reste-moi fidèle. Je veux être unique, être compris. Tente de m’aimer comme je m’attends à être aimé de toi. Ne sois pas malade, plais-moi, prend soin de moi et sois reconnaissant. » C’est un amour qui ne devrait pas faire souffrir et qui, pourtant, est lié à la peur. On peur de le perdre.

L’amour d’essence est l’amour sans condition. Il n’est pas relié à l’égo, mais en prend soin. Il est celui qui dit à l’égo « N’aie pas peur de mourir, car je serai avec toi. Ne demande à personne de remplir cet espace en toi qui ne devrait être occupé que par toi. Ne demande à personne de t’aimer comme tu ne peux le faire pour toi-même. Ne projette pas tes peurs sur les autres, mais vois ces peurs comme une partie de toi à découvrir. Aime sans condition, même celui qui te blesse, car le blessé est celui qui est vide. Vois la personne qui blesse, tout comme la personne blessée, comme un reflet de son absence. Ne te crains pas, car ce que tu crains est déjà en toi, tu dois prendre ton ombre dans tes bras et lui dire je suis là, car depuis ta création sans lumière tu n’attendais qu’à être aimé. Cet amour est le chlore de l’humanité et l’ouverture vers ce paradis qu’on attend tous depuis si longtemps. Plonge ta main dans tes ténèbres et ne deviens pas ce que tu y trouves. Transforme tout cela en ce que tu crois. Aime-le et prends-en soins. L’ombre ne comprend que ce qui est bloqué, mais n’a aucune idée de l’immensité qui vit déjà en toi. Sois ton guérisseur. Sois ton saveur. Et là tu comprendras ce que c’est de pardonner à son pire ennemi. Ton ombre est le tien et tu pourras ainsi comprendre l’ombre de ton voisin. Tu pourras alors dire à tes proches : « Je t’aime pour tout ce que tu es, et pour tout ce que tu n’es pas encore, car en toi vit ce que tu admires déjà en moi. »

****

Merci de participer personnellement, et pour le bien de tous, à votre quête intérieure, pour que notre monde extérieur en soit un jour le reflet.
Namaste,
Carole


Tags :